Biodiversité préservée

Zéro pesticide : des herbes sauvages pour assurer le bien-être environnemental et humain !

Depuis le 1er janvier 2017, l’usage des pesticides chimiques est interdit sur une grande partie des espaces ouverts au public. La commune de Saint-Pée-sur-Nivelle s’est engagée dans cette avancée importante pour la protection de la biodiversité et de la santé des populations dès 2016.
La nature assure en effet d’innombrables services en faveur de la qualité de l’eau, la régénération des sols, la pollinisation des plantes ou encore la qualité de l’air. La préservation de la santé publique et de l’environnement étant une priorité, la commune entend continuer sa démarche « zéro pesticide » en impactant au minimum les écosystèmes lors de l’entretien des espaces verts.
Vous pourrez donc apercevoir de « mauvaises herbes » dans certaines zones de Saint-Pée-sur-Nivelle. Rassurez-vous, le service des espaces verts de la commune assure quotidiennement l’entretien des espaces ouverts au public mais laisse délibérément pousser ces herbes sauvages car elles encouragent les équilibres naturels en accueillant insectes et pollinisateurs, régulateurs de l’écosystème senpertar.

Fauchage tardif = biodiversité préservée.

Le fauchage tardif permet aux plantes et aux animaux d’accomplir leur cycle biologique. En effet, de nombreux animaux, dont les insectes pollinisateurs (abeilles, papillons…), trouvent nourriture, gîte et abri dans ces zones. Les plantes, quant à elles, ont le temps de grainer et de se reproduire grâce aux pollinisateurs qui assurent le transport du pollen. C’est un des nombreux services écosystémiques permis par la biodiversité.

 

En plus de permettre un maintien de la biodiversité (reproduction des plantes, alimentation des insectes) et de favoriser la survie de plusieurs autres espèces animales, le travail des insectes pollinisateurs joue un rôle primordial pour l’agriculture. En effet, la production de nombreuses cultures est induite par la reproduction de plantes cultivées.

 

On constate malheureusement ces dernières années, une anormale surmortalité parmi les populations d’insectes pollinisateurs, notamment chez les abeilles. Parmi les différents facteurs à l’origine de cette mortalité (pesticides…) figure le manque de ressources alimentaires ainsi que leur faible diversification. C’est pour cela qu’il est important de préserver des zones herbacées riches de plantes variées dans nos espaces verts aux périodes propices à la reproduction des plantes.